Archive pour la catégorie ‘Intermédiaire’

Ba Loïc !! C’est maintenant que tu te réveilles ! C’est la fin de la saison et tu fais ton calendrier des semis ! Si je vous parle du calendrier des semis c’est parce que je viens de terminer une vidéo pour la formation « devenez le chef d’orchestre de votre potager » sur le sujet. Dans cette vidéo je parle des outils pour planifier ses semis et parmi ces outils, il y en a un que je teste depuis peu ! C’est toms’planner !

Play

C’est un outil de gestion de projet en ligne, il est gratuit pour les particuliers. Plus j’essaie de l’utiliser pour planifier mon potager de ville un peu laissé à l’abandon cette année, plus je le trouve intéressant et simple utiliser.

Mon Planning des semis

planification des semis au potager en carre

La partie présentation du potager

Il faut représenter votre potager dans le tableau fixe du logiciel

  • La première colonne concerne le nom du légume en place
  • La 2eme, la position du légume dans le carré
  • La 3eme la famille du légume

Ensuite je crée un groupe de ligne par carré de potager. Un groupe de ligne est matérialisé par une première ligne en orange. Dans chaque groupe de ligne vous pouvez mettre le nombre de ligne que vous voulez.

J’ai pris comme convention que la ligne 1 est la ligne la plus au sud et la dernière ligne la plus au nord. Oui je sais je cultive en ligne dans mes carrés ! Juste au passage ! Essayé de cultiver dans un carré avec 9 subdivisions quand vous avez une 15ene de bacs. Bref ! Dans mes carrés je ne veux pas cultiver plus de 3 légumes différents. Ce qui veut dire que je n’ai que 3 légumes à planifier.

Donc sous chaque groupe de ligne en orange je n’ai que 3 lignes à gérer.

Je créer autant de groupe de ligne que j’ai de carré de potager. Ce qui représente tous de même pour mon potager de ville 24 lignes à gérer. Si je cultive avec les subdivisions ca fait 72 !!!! Vous imaginez un peu le bazar !

La partie calendrier

Une fois votre tableau remplis, il ne reste plus qu’à placer les légumes sur le calendrier,

Pour le moment j’utilise les informations données sur le sachet de graine, c’est à dire que je créer une période de 18 jours pour un radis de 18 jours !

Mes périodes s’affichent avec une couleur associée à la famille du légume. Quand le parle de famille je pense aux groupes du type familles feuilles racines graines ! ect !

Du coup sur le calendrier je vois clairement qu’elle type de famille je peux faire suivre a la culture qui est en place. De plus j’écris le nom du légume sur la période. Le résultat me donne une vue d’ensemble assez parlante.

Les périodes sont très facile à modifier en faisant glisser les exterminés, du coup je pourrais ajuster sans problèmes les périodes en fonction de la réalité de la culture. Le petit plus c’est que l’on voit en un coup d’œil le nombre de jour nécessaire a la culture du légume. L’année suivante il suffira de faire un copier-coller pour avoir un période plus proche de la réalité de notre potager.

A mesure de l’activité dans le potager, il est possible d’ajouter de précieux commentaires sur chaque période. Ces commentaires vous serviront d’une année sur l’autre pour progresser dans la culture du légume concerné.

La particularité du calendrier de toms’planner c est de pouvoir très facilement changer l’affichage est de passer en 1 clic d’un affichage journalier a un affichage mensuel ou annuel.

En somme je pense que cet outil gratuit peut vous rendre bien des services pour planifier les semis de votre potager

Et vous ? Comment faites-vous pour planifier vos semis ?

Une déception par jour c’est à peu près le rythme que je tiens, faut dire aussi je suis surement abonné à trop de page Facebook qui diffuse des messages négatifs.

Play

J’utilise Facebook pour relayer les informations qui me paraissent importantes, d’ailleurs j’en profite pour vous annoncer le décès de Loïc l’informaticien sur Facebook ! C’est Loïc le jardinier qui prend la place ! Faut dire aussi,  je crois que je n’ai pas publié une seule news au sujet de l’informatique depuis des mois ! Non des années !

Pour le plus grand déplaisir d’une secrète admiratrice, ma photo avec le doigt lumineux laisse place au chapeau de paille.

Revenons au sujet de mon post, j’ai mis le nez dans un article publié par Dominique Guillet Le catalogue national : une nuisance agricole de plus.

Je vais tenter de vous en faire un résumé :

 

catalogue des variétes

L’origine du catalogue des plantes cultivés

La première version date du 5 décembre 1922, c’est un registre dans lequel on inscrit les nouvelles variétés issue de sélection, on appelle ça aussi des cultivars. Dès lors que cette variété figure dans le catalogue, les semences sont autorisées à la vente.

Depuis 1949 les variétés non inscrites au catalogue sont interdites à la vente

L’objectif du catalogue

Protéger les agriculteurs en leurs garantissant une qualité et une standardisation des produits, il permet aussi la traçabilité.

Pour les jardiniers que nous sommes une annexe a été rajoutée en 1997 pour faciliter l’inscription et la commercialisation des variétés anciennes.

Derrière cette façade, le catalogue ne serait-il pas un moyen de verrouiller la filière des semences.

Qui a part les multinationales peuvent se permettre d’inscrire des variétés aux catalogue.

Pour figurer dans le catalogue il faut :

  • Payer une redevance
  • Prouver que la variété répond a un certain nombre de critères
  • Avoir des parcelles avec les variétés en culture

Les conséquences du catalogue

Selon Dominique Guillet les variétés inscrites au catalogue ne sont que des clones de clones. La base génétique de toutes ces variétés est très restreinte. De plus ces clones sont rapidement abandonnés au profit de nouveau.

La sécurité alimentaire mondiale dépend d’une vingtaine d’espèces qui fournissent 95 % des calories alimentaires alors qu’il existe des milliers d’espèces alimentaires sur la planète.

Les anciennes variétés disparaissent chaque année au profit de clone

On participe à l’érosion de la biodiversité

En achetant ces graines de clone on participe à l’érosion de la biodiversité. Seulement où peut-on trouver des graines pour nos potagers ? On peut bien sur soutenir le travail de kokopelli en achetant leurs graines. Mais on peut aussi élargir notre réseau pour échanger des graines. Je me suis inscrit depuis peu sur le site du semeur avec pour l’objectif de trouver des graines de 6 variétés anciennes de ma région

  • La chicorée frisée fine de Rouen
  • Le haricot a écosser saint sacrement
  • Le haricot mangetout petit carré de Caen
  • Le melon succrin d’Honfleur
  • La pomme de terre bleue de la manche
  • Le poireau monstrueux de Carentan

Alors si vous avez quelques graines de ces variétés dans votre tiroir, vous avez l’occasion de faire un heureux !

Connaissez vous des variétés anciennes cultivées dans votre région ?

Oui je suis un peu silencieux en ce moment, les journées sont trop courtes ! Il faut dire que je suis bien occupé avec les travaux 2013 du potager.

Alors je vous fais un petit article pour vous permettre de suivre les travaux avec surtout beaucoup de photos

 

vue du potager 2013

8 bacs de plus

J’ai programmé d’installer 4 nouveaux bacs de 1m20 par 2m40 dont l’un sera adapté en serre. J’ai aussi prévu d’installer 2 bacs surélevés de 1m20 par 2m40 ainsi que 2 de 1m20 par 1m20. Je veux expérimenter le maximum de cultures différentes. C’est tellement agréable de cultiver dans ces bacs !

L’installation des grands bacs surélevé va me donner l’occasion de rajouter quelques vidéos au guide « jardinage debout pour jardinier malin » et notamment la réalisation de mini fondation. Habituellement, je pose les bacs sur de simples briques posées au sol, mais les grands bacs va peser plus d’une tonne, alors pour ne pas qu’il se déforme dans le temps, je vais le faire reposer sur 6 pieds de bétons.

 

 

Une serre tunnel

Cette année est aussi l’occasion de réaménager la serre tunnel, car elle passe de chez mes parents à chez moi ! Elle avait subi de gros dégât avec la neige et la bâche a dû être changée. Cette 2ème installation permet de ne pas refaire les mêmes erreurs, comme le fait de poser la serre directement sur le sol. Avec le temps la structure métallique rouille et se détériore. Cette fois la serre est posée sur des dalles bétons.

L’intérêt des dalles bétons, c’est aussi d’orienter le ruissèlement de l’eau à l’intérieur de la serre.

Un autre point peu intéressé les propriétaires d’une serre tunnel. Il concerne les points de fragilisation de la bâche. La rupture de la bâche s’est faite au niveau des arceaux métallique certainement à cause des micros frottement. Pour essayer de limiter cette usure, mon père a eu l’idée de coller un scotch tout le long des arceaux. A voir si l’astuce sera efficace.

 

Et vous ? vous faîtes quoi dans votre potager ?

Pour faire germer vos graines, il faut de la chaleur, de la lumière et de l’humidité. Pour démarrer la saison sur les chapeaux de roues, vous pouvez préparer vos semis à l’intérieur, ils profiteront du doux climat de votre habitation. Beaucoup de jardiniers préparent leurs semis devant la fenêtre, malheureusement tout le monde n’a pas la chance d’avoir une fenêtre disponible.

Dès le moment où l’on ne peut plus profiter de l’éclairage naturel, il faut envisager une lumière artificielle pour éviter de voir ses semis filer ou s’étioler comme disent les pros.

Sur le marché il existe beaucoup de mini serre chauffante destinée au semis, mais je les trouve petite. Difficile des garder ses plantations durant tout l’hiver dans des serres aussi petites.

Du coup j’ai décidé de construire ma propre pépinière d’intérieure. Comme je ne peux pas me placer devant une fenêtre, pour compenser l’énergie dépensée dans l’éclairage, j’ai voulu profiter de la chaleur dégagée par un radiateur.

Attention !! Mon installation ne respecte peut être pas les normes électriques.

Ce montage est à titre expérimental. Il ne doit pas, pour le moment, vous servir de modèle.

Matériel pour construire la pépinière d’intérieure

Pour monter les étagères il faut :

  • 2 Crémaillères double 12€60
  • 6 Consoles 32cm 12€30
  • 1 Tablette 204×30 Blanc 9€80

Pour l’éclairage il faut

  • 4 douilles E27 porcelaine par tablette 9€56
  • 1 planche raboté 120x18mm 8€90
  • 4 Ampoules 20Watts E27 lumière 6500K 38€
  • Du fil électrique 1,5mm rouge et bleu, j’avais en stock
  • 3 Va et vient 7€95

Total 99€11

 

Les étapes de la construction de la pépinière

 

1 – Fixez les crémaillères au mur avec les chevilles adapté à votre support.

Fixez les cremaillere au mur

 

2 – Couper les tablettes à la longueur choisie, elles doivent dépasser d’au moins 3 ou 4 cm de part et d’autre des consoles. Les planches rabotées seront coupées de façon à ce qu’elles rentrent entre les consoles.

Decoupez les tablettes et les planches

 

3 – La planche rabotée va servir de support pour les douilles porcelaines. Percez la planche avec une mèche a bois de 3mm pour laisser passer les fils électriques. Pour déterminer l’emplacement des trous, placez la douille sur la planche et marquer l’emplacement des trous avec un crayon à pointe fine. Passez vos fils dans les trous, dénudez-les et vissez les dans la douille. Les fils de la première douille vont rentrer à nouveau dans la planche pour se raccorder à la seconde douille. Au final le fil rouge fera à nouveau ce trajet pour être raccordé à l’interrupteur.

Raccordement electrique des douilles pour la pepiniere

Faites cela autant de fois que vous voulez mettre d’étagère.

Attention ! Dans mon cas, j’avais une ampoule un peu particulière à utiliser, un gros modèle de 125Watts, du coup mon dernier étages ne ressemble pas aux 2 premiers.

Ampoule 125w 6500K

 

4 – Vissez vos étagères sur les consoles. Pour plus de facilité, placez déjà les consoles sur les crémaillères, puis posez la tablette et vissez.

Tablette pour recevoir les semis du dessus et eclairer les semis du dessous

 

5 – Une fois toutes vos étagères prêtes, il ne reste plus qu’à les raccorder au 220V. Pour ne pas avoir des fils électriques partout je les ai glissés dans les crémaillères.

Passez les fils electriques dans les cremailleres

 

Vous pouvez faire arriver tous vos fils dans une boite de dérivation et brancher un programmateur pour ne pas avoir à éteindre et allumer tous les jours. Pour ma part, je ne l’ai pas fait, pour ne pas oublier de venir arroser tous les jours. Le radiateur assèche beaucoup plus vite la terre surtout quand les mottes sont à l’air libre.

Pourquoi ne pas profiter de la chaleur dégagé par vos radiateurs ?

 

Pepiniere interieure prete a recevoir les semis

 

J’ai’ trouvé des dessous de jardinières a 2€ avec des couleurs sympa, reste plus qu’a préparer les semis !

 

Comment préparez-vous vos semis ?

Quand on a de la place, l’idée de rajouter quelques carrés de potager se manifeste vite. 4 carrés de 1m20 par 1m20 sont vite remplis et en termes de production c’est un peu léger.

L’été dernier, j’ai installé un nouveau potager en carrés sur mon terrain de campagne, ça m’a permis de réaliser le guide que vous pouvez télécharger sur la droite.

Bref, je profite de l’hiver pour agrandir le potager, j’aimerais y ajouter 2 grands bacs de 2m40 par 1m20. Je veux aussi installer cinq nouveaux bacs surélevés. J’ai donc un peu de travail en perspective.

Ce projet est intéressant dans la mesure où il vient se rajouter au projet de base.Agrandissement du potager en carrés

Dessiner votre projet global

Comme je vous le recommande sur la page dessiner votre potager, il est préférable de dessiner votre projet jardin dans son ensemble. Même si vous décidez d’installer seulement 2 carrés pour commencer ; avoir une vision globale permet d’éviter des erreurs et limitera vos efforts. Dessiner sur papier ou sur ordinateur demande un petit peu de temps, mais ça n’a rien à voir avec l’énergie que l’on peut dépenser en creusant des allées.

Dans mon cas, je ne savais pas trop si j’allais pouvoir rester sur ce terrain du coup j’ai dessiné un petit projet. Aujourd’hui je veux un potager plus grand et une serre qui sera chauffé par une résistance dans le sol. Si j’avais pu dessiner mon projet globalement, j’aurais prévu :

  • L’électricité pour la serre
  • Un repiquage pour le réseau d’arrosage.

Du coup je vais devoir recreuser pour passer l’électricité. Triste

Une prise de mesure simplifiée

L’implantation des 2 rectangles va me demander moins de travail au niveau de la prise des mesures. En effet un simple cordeau tiré le long des cadres de finitions et j’ai l’emplacement des bacs ainsi que la profondeur de terre à creuser.

A l’aide du cordeau je peux creuser l’emplacement des bacs. Dans ma situation, j’ai besoins de 40cm entre le cordeau et le sol. Je creuse un peu plus histoire d’avoir 45cm car je vais utiliser ma nouvelle technique des carrés sur piquet.

 

Grace aux piquets, la mise à niveau des carrés est considérablement facilitée.

Concernant la tranché pour le coté de 1m20 le plus éloigné, il suffit de placé un cordeau une distance de 3m20 du bord du bac précèdent. (La longueur du bac plus la largeur de l’allée)

Reste à mettre en place les carrés. L’agrandissement de mon potager en carrés fera l’objet de nombreux articles.

Repiquage de l’arrosage automatique

Encore une erreur de plus ! Mais pourquoi je n’ai pas pensé à prévoir l’agrandissement de l’arrosage automatique !! Du coup obligé de creuser dans les carrés pour me reprendre sur le réseau d’eau. Bien évidement je ne ferais me pas avoir la prochaine fois ! D’où l’importance d’essayer de dessiner un projet complet !

Pour permettre en extension facile des carrés, il faut prévoir de ressortir le réseau d’eau du dernier carré alimenté, et d’allonger le réseau sous l’allée.

L’effort supplémentaire que demande l’arrosage automatique est proportionnellement compensé par la taille du jardin. Si vous prévoyez 4 carrés dans votre projet global, pas besoin d’installer l’arrosage automatique.

Dans un projet de plus grand envergure, l’arrosage automatique me parait indispensable si vous ne voulez pas que votre potager se transforme en corvée.

 

Et vous ? combien de carrés ajoutez-vous ?

2 ans ! Ça passe très vite ! Tenir un blog c’est un peu comme tenir un journal intime, on parcourt les pages pour relire certains passages. C’est l’heure du bilan de l’année 2012.

Du coté blog

Publier des chiffres n’est pas très intéressant, mais ça le devient un peu plus quand on peut les comparer. Comparer les statistiques de l’année 2011 avec celle de 2012 voilà qui devrait être beaucoup plus parlant !

Bilan statistique

Bilan statistique 2012 mon potager en carré

Les chiffres du 1er janvier 2012 au 31 décembre 2012 :

  • Nombre total de visites : 175676
  • Nombre d’internautes uniques : 115369
  • Nombre de pages vues : 444711
  • Nombre moyen de pages vues par visite : 2, 53
  • Temps moyen passé sur le site : 3 minutes et 18 secondes
  • Taux de rebond : 55,21 %
  • Pourcentage de nouveaux visiteurs : 64,97 %
  • Record de visites en une journée : 2199

Les sources de trafics les plus significatives après les recherches sur Google sont Facebook, le blog de Nicolas et le forum au jardin

Ma communauté Facebook a bien progressé car elle compte aujourd’hui 1311 fans. Le nombre d’abonné a aussi considérablement augmenté de 1794 abonné en 2011 je suis passé à 7216 en 2012.

Le contenu du blog

45 nouveaux articles soit 3,75 articles par mois. C’est un peu en dessous de l’objectif d’un article par semaine que je m’étais fixé en 2011, mais si je compte le nombre de page que j’ai ajouté, je dépasse l’objectif. La rubrique débutant a beaucoup progressée. C’est d’ailleurs la page dessiner les plans de cette rubrique qui est la page la plus consulté du blog. Suivi de la page débutant commencez ici.

Vous pouvez voir ce classement dans la colonne de droite, intitulé les articles populaires.

En 2011 j’avais la volonté d’organiser un peu mieux le contenu du blog, c’est pour cette raison que j’ai fait la rubrique débutant. Je souhaitais aussi reprendre le classement de mes articles. Seulement je suis confronté à un problème ! Si je modifie les catégories des articles, l’adresse URL des articles change car j’ai fait une erreur de débutant en paramétrant mon blog. J’ai inclus le nom de la catégorie dans l’url ! Du coup je ne peux plus les changer au risque de disparaitre dans le classement Google.

Le classement Google

Je réserve un petit paragraphe à Google car il n’a occasionné beaucoup de soucis ! Vous savez surement que Google met à jour régulièrement son algorithme de classement. Ce qu’il a fait en avril, et comme vous pouvez le voir sur le graphique, mon blog a littéralement coulé ! Au début je croyais que c’était le fait de la saisonnalité du thème jardinage, mais j’ai vite compris quand j’ai réalisé que je n’apparaissais plus sur Google en faisant une recherche sur « potager en carré » ; mon mot clé principal !

De la première page je me suis retrouvé en 5ème page !!! Aujourd’hui je suis revenu sur la première page mais depuis peu !

Les pages secrètes

Si vous venez régulièrement vous avez surement remarqué l’accès membre tous en bas de la colonne de droite !

Aujourd’hui lorsque que vous vous inscrivez à l’espace membre, vous atterrissez sur le sommaire en ligne du guide potager en carrés : tous les secrets d’une installation réussie. J’ai commencé à faire une version en ligne pour vous permettre de naviguer facilement dans le guide et surtout pour vous permettre de poser des questions sur des points particuliers.

Vous pouvez aussi retrouver toutes les photos du guide en en format plus large. L’accès membre va continuer à évoluer, notamment avec l’ajout de vidéo que je réaliserais en 2013.

Retour sur le plan d’action de 2012.

J’annonçais que je voulais améliorer mon orthographe ! Bon ! Ba je crois bien que c’est là que j’ai le moins bien réussi !

J’ai dit que j’accompagnerais chaque article de son podcast ! Pfff faut bien constater que ce n’est pas le cas ! Il en manque une bonne 20éne !

J’ai dit vouloir augmenter ma production de vidéo. Ma chaine Youtube compte maintenant 71 vidéos. J’ai réalisé 50 vidéos en 2012 contre 21 en 2011. De ce côté le crois que c’est réussi !

Beaucoup de vidéos sont destiné à étoffer le contenu du guide « jardinage debout pour jardinier malin ».

Les guides électroniques

L’écriture des guides électroniques représente un part importante de mon travail en 2012. J’ai actuellement terminé 2 des 4 guides que je compte publier.

Potager en carré : tous les secrets d’une installation réussi.

Bien que mon blog dérive régulièrement du sujet « en carré », il me paraissait indispensable de vous apporter un guide pratique sur l’installation du potager en carré. Il existe beaucoup de littérature sur le sujet, mais personne ne traite de l’installation du potager. Dans tous les ouvrages que je connais, le chapitre de l’installation est toujours survolé. C’est pour moi un manque important, car l’installation du potager est un peu comme la fondation d’une maison. L’aménagement du nouveau potager en carré qui m’a servi de support pédagogique m’a occupé tous l’été, du coup c’était trop tard pour le cultiver. Alors vivement le printemps !

Jardinage debout pour jardinier malin

Ce guide est un peu le résultat de ma passion pour les carrés de potager et mon mal de dos ! Je ne sais pas si c’est l’âge mais mon dos se manifeste beaucoup trop à mon gout ! Ce guide a bien évolué depuis sa sortie au mois de juin. D’une version contenant les plans d’un bacs de 1m20 par 1m20, on est passé à 3 bacs, accompagné des guides d’ateliers à imprimer, ainsi qu’un support d’une 20ène de vidéos. J’ai aussi profité de l’été pour construire 5 nouveaux bacs. Ils seront installés dans les semaines à venir. Bien sur l’installation fera l’objet de nouvelles vidéos qui seront ajouté au guide.

Les guides à venir

  • Fabrication et installation d’une serre
  • 5 étoiles pour les milles pattes

Du côté jardin

La biodiversité

Je suis sur la bonne voie ! Quel bonheur de voir les vers de terres sortir de leur trou pour chercher de la nourriture en surface. Bien que mon jardin de ville ait réduit de moitié, la biodiversité continu de se développer ! J’ai pu observer quelques prédateurs des limaces comme les carabes et les limaces tigres. Par contre je trouve qu’il manque encore de fleur à butiner.

L’hôtel à insectes n’a malheureusement pas été colonisé autant que je le voulais par les insectes volant. Seulement j’ai dû le déplacer en début de saison, et je crois que ce déménagement a perturbé les insectes qui visité les trous.

Pour optimiser le peu de surface de mon jardin de ville, j’ai aussi décidé d’enlever tous le ciment de mes allées pour le remplacer par du BRF.

Coté nichoir à oiseaux, c’est la déception ! Personne n’est venu visiter mes nichoirs ! Je crois que le problème vient de l’emplacement ! Le nichoir au nord ne convient absolument pas. Quant au nichoir au sud, le bois a tellement joué qu’il y a des jours important entre les planches !

Les hérissons, eux, visitent régulièrement mon jardin, il n’est pas rare que je les croise en rentrant tard le soir. J’ai réalisé que nos clôtures sont des obstacles gênant dans leurs déplacements, j’ai donc aménagé 2 trous au bas de mon grillage pour faciliter leur circulation. Je ne sais pas encore sir le passage est emprunté, mais j’imagine qu’avec le temps ils finiront bien par le trouver.

La production

Panier recolte (1024x768)

Dans l’ensemble je suis plutôt satisfait de la production de mon potager de ville. Je retiens 2 échecs cette année.

Le massacre des haricots et des pois par les limaces dans mon essai des « 3 sœurs ». Je rappelle que les 3 sœurs sont l’association du maïs des haricots et des courges. Les Maïs ont parfaitement joué leur rôle de tuteur pour les 2 ou 3 pieds de haricot grimpant qui ont réchappés à la voracité des limaces.

Je retiens aussi mon manque de clairvoyance au sujet de la culture des tomates dans ma serre. 10 pieds !!!!!!! Complètement à côté de la plaque ! Ahhh c’est sûr ! Au moins, je sais que les pieds de tomates se plaisent dans ma serre. Ils se sont tellement bien développés, que tout le volume de la serre fût rempli par les tomates. Du coup les pieds d’aubergine intercalés n’ont rien donné.

Par contre dans ma serre surélevé, ou seulement 2 pieds d’aubergine ont été planté, le résultat est beaucoup plus satisfaisant.

Mon utilisation de la serre n’est pas encore optimum, la serre de 1m20 par 2m40 est actuellement vide, alors que j’ai encore quelques salades qui poussent dans la serre surélevé.

Le futur jardin de campagne

J’en parlais déjà dans le bilan 2011, seulement j’ai pu bénéficier de ce terrain très tard dans l’année, du coup je n’ai pu aménager que le potager en carrés du guide. Avec le recul je dirais tant mieux, car j’ai aujourd’hui une autre vision de son aménagement. Comme vous avec pu le lire récemment, cultiver mon jardin a fait naitre ma conscience politique. Ce de fait, j’envisage de cultiver le terrain de campagne très différemment. En mars 2011 j’avais suivi une initiation à la permaculture à la ferme du Bec-Hellouin, et depuis je n’ai pas vraiment creusé le sujet. C’est une erreur que je compte bien corriger en 2013. En effet j’aimerais penser la transformation de mon terrain en suivant les règles de la permaculture. J’en sais trop peu aujourd’hui pour vous en dire plus. Sachez quand même que l’idée de la forêt jardin me tente bien.

Je vais faire tous mon possible pour filmer au maximum toutes les transformations que je vais apporter. C’est un travail de longue haleine et je ne sais pas trop combien de temps ça va me prendre. Ce projet réactive mon désir d’autonomie alimentaire.

Bien évidemment, ce n’est pas avec mon jardin de 150m2 de ville que je risque d’atteindre cet objectif. Par contre avec 1500m2 à la campagne, le pari me semble beaucoup plus réalisable. La somme de travail est considérable, mais dans ce genre d’entreprise il ne faut pas regarder la montagne, il faut enfiler ses chaussure et commencer à grimper.

Qui aurait cru

Ce blog est en train de me changer en profondeur ! Jamais je n’aurais imaginé que l’alliance du potager et du blog allait avoir autant d’influence sur moi. Le blog m’obligé à me documenter et à m’informer beaucoup plus profondément que je l’aurais fait si j’avais juste continué à jardiner.

Aujourd’hui je sais exactement quel sens je veux donner à ma vie. Je sais où je veux aller et je connais les moteurs qui m’animent. Ma difficulté sera de modifier mon mode de vie. Je veux consacrer encore plus de temps au jardin ! Seulement aujourd’hui ce n’est pas le jardin qui me fait vivre, même en visant l’autonomie alimentaire ce n’est pas le potager qui va payer mes impôts et mon loyer ! J

J’espère que les ventes de mes guides vont suffisamment progresser pour me permettre de m’extraire au fur et à mesure de mon activité professionnel. Pour le moment ce n’est pas encore le cas ! Les revenus de mon guide me permettent tous juste de financer le blog et les achats du matériel pour réaliser mes constructions.

Je vous souhaite à tous une belle année 2013 et vous donne rendez-vous pour le prochain bilan !

Jardinez debout
Les serres de A à Z
La conservation facile
Mini potager Maxi récoltes
Des tomates sans mildiou
Livre Anti-mildiou
Top commentateurs
34 comments
Dorigord
28 comments
guylaine
28 comments
Sujets autour du potager.
Mes Amis
Accès des membres - Login
Oublié votre mot de passe ?
Rejoignez-nous
Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.