Bien choisir ses graines : mes conseils pour un potager productif

En hiver, c’est le moment parfait pour préparer calmement son calendrier de semis. Si vous attendez le printemps, les rayons de jardinerie seront bondés et vous risquez de vous précipiter sur les premières graines venues. Grave erreur ! Pour avoir de beaux légumes, il faut planter des semences de qualité. Mais comment faire ? Suivez le guide, je vous explique comment bien choisir ses graines (même quand vous en avez des dizaines différentes sous les yeux).

Pourquoi y a-t-il des graines ?

Avant tout, il est important de comprendre le pourquoi du comment.

Reproduction végétative

Plus les végétaux sont devenus complexes, plus ils ont développé un mode de multiplication qu’on connait bien : la multiplication végétative (comme avec les fraisiers par exemple). C’est comme un clonage ! Eh oui, les enfants sont identiques aux parents. Le problème de ce mode de reproduction, c’est qu’il est insuffisant. Comme l’évolution de l’espèce ne dépend que du simple hasard des mutations génétiques, il ne permet pas aux végétaux de s’adapter facilement à de nouvelles conditions. De plus, la reproduction végétative limite les végétaux à une zone restreinte dans leur propagation.

La propagation des fraisiers se fait sur la petite bande de terre.

Apparition de la sexualité

L’apparition de la sexualité chez les plantes a permis une progression fulgurante des formes de vies. Grâce à elle, les croisements sont désormais possibles. Et qui dit croisement, dit sélection des meilleurs caractères bénéfiques à la survie des plantes.

En fait, c’est un peu comme si les graines étaient devenues des coffres-forts avec toutes les informations nécessaires au développement d’une plante. Grâce à leur petite taille, ces graines sont en plus facilement transportées par le vent, les animaux, ou les insectes.

Notre héritage

Au fil du temps, les jardiniers ont patiemment croisé les meilleures plantes à leurs yeux afin de les cultiver. De génération en génération, les agriculteurs ont modifié les plantes sauvages pour les domestiquer. Tous les légumes que nous connaissons sont le résultat de cette sélection. Si nous mangeons du pain, c’est grâce à nos ancêtres qui nous ont légué leur travail.

Quand on comprend ça, on a du mal à accepter que certaines entreprises cherchent à s’approprier cet héritage à des fins commerciales. Les plantes que nous mangeons sont le bien de l’humanité. En tant que jardinier et bon père de famille, il est important de continuer ce travail pour nos enfants et les générations futures.

En revanche, ce travail ne s’adresse pas aux jardiniers débutants. Il faut déjà une bonne expérience autour du jardinage pour commencer à récolter et à sélectionner ses graines. Mais rassurez-vous, je vais tout vous expliquer !

Où acheter ses graines ?

Les graines du commerce sont-elles vraiment une bonne idée ? Est-ce qu’il ne vaut pas mieux utiliser des graines potagères anciennes ? Voici mon avis.

Graines en jardinerie et érosion de la biodiversité

Avant de commencer à faire vos propres graines, il faut apprendre à bien les choisir dans le commerce. Alors évidemment, je vous dirige dans un premier temps vers une direction que je ne souhaite pas suivre. Mais pour devenir un maître jardinier, il faut bien débuter quelque part !
Les graines de jardineries sont pour la plupart issues des mêmes souches. Au vu de l’immense quantité de variétés proposée, on pourrait croire que le choix est vaste et que la biodiversité est importante. C’est tout l’inverse ! Les graines et les plantes à repiquer sont des clones.

Vous pouvez bien évidemment acheter quelques sachets pour débuter, mais je vous invite très rapidement à ne plus vous fournir chez les grands semenciers. Restez jusqu’à la fin de l’article, je vous propose un semenciers que j’apprécie !

Privilégier la diversité

Pourquoi vaut-il mieux éviter de cultiver les graines des grands semenciers ? Eh bien c’est tout simple : pour ne pas participer à l’extinction des variétés anciennes et rares.

Si tous les jardiniers cultivent les mêmes tomates, les mêmes carottes, et les mêmes radis, notre patrimoine disparait petit à petit. Nous avons reçu un riche héritage venant des générations de jardiniers et d’agriculteurs avant nous. Alors nous devrions continuer le travail de sélection plutôt que de semer les graines d’une seule variété sur l’ensemble du territoire. Si on cultive tous les mêmes graines, on affaiblit la génétique de notre patrimoine.

L’idéal, c’est de vous renseigner sur les variétés anciennes de chez vous. Chez moi, c’est par exemple le melon de Honfleur ou la carotte Saint-Valéry. Et pour découvrir ces variétés, rien de plus simple : sortez de chez vous et flânez dans les foires aux plantes de votre région.

Le choux de Saint Saëns : Une variété typique de Normandie

Bien lire les étiquettes

La première chose que l’on peut lire sur l’étiquette c’est bien entendu le nom de la plante. Quand le nom commun ne suffit pas à déterminer la plante, on trouve aussi le nom botanique. C’est souvent le cas pour les plantes aromatiques.

Vous pouvez également trouver la mention « semence standard » ou « semence certifiée ». Elle est en rapport avec un cahier des charges de qualité différente. Avec une semence certifiée, le taux de germination sera meilleur.

Pour la mention AB, vous le savez : elle garantit que les graines sont issues d’une culture biologique. Enfin, certaines graines sont traitées contre une maladie ou un parasite. Dans ce cas-là, le sachet doit vous indiquer quel produit a été utilisé.

Les mentions obligatoires

D’après les règles de commercialisation des semences potagères, voici ce qui doit obligatoirement figurer sur l’étiquette :

Ces règles sont tirées du site SEMAE anciennement le GNIS

https://www.gnis.fr/distributeur-jardin/regles-commercialisation-semences-potageres/
  • « Règles et normes CE », sauf pour les variétés de pois chiche et de lentilles ;
  • Nom de l’espèce et le nom complet de la variété tel qu’il figure sur le catalogue français ou européen ;
  • Grammage en poids ou en nombre de graines ;
  • Numéro de lot et référence ;
  • Dénomination de la catégorie de semences ;
  • Raison sociale et adresse du conditionneur ;
  • Indication des matières actives utilisées en cas de traitement chimique.

Quant à la photo de la variété et sa description, elles ne sont pas obligatoires.

Les mentions utiles que l’on aime lire

Il est vrai que dans les mentions obligatoire, seul le nom de la variété semble utile. Pourtant, un maître jardinier (bientôt vous !) aime aussi regarder :

  • La photo de la variété qu’il souhaite cultiver ;
  • Le calendrier pour l’aider à planifier ses cultures ;
  • La date limite d’utilisation (étonnant que cette donnée ne soit pas obligatoire) ;
  • Les conseils pratiques pour réussir la culture et faire une belle récolte ;
  • Le logo AB pour ceux qui préfèrent le bio ;
  • Les labels de qualité.

Les différentes formes de graines

Les graines sont vendues sous différentes formes d’utilisation :

  • Des rubans ou des tapis de semis sur lesquels sont disposées des graines à intervalle régulier. Ils ont l’avantage d’avoir directement le bon espacement entre les plans afin d’éviter l’éclaircissage. L’inconvénient, c’est que les espèces proposées sont peu variées et les sachets sont bien plus chers.
  • Des graines enrobées avec une substance inerte, une solution intéressante pour les graines très fines. Mais une fois le sachet ouvert, il faut tout semer ! Sinon, l’humidité va gagner l’enrobage et le taux de germination va chuter.
  • Les graines calibrées destinées à des semoirs de précision. Mais en tant qu’amateurs, il n’y a pas vraiment d’intérêt.

Choisir des graines hybrides ou des variétés fixées ?

Le problème des semences hybrides F1

Vous voyez souvent le fameux F1 sur les graines potagères ? Eh bien sachez qu’il correspond à l’hybridation. Il s’agit d’une technique qui consiste à cumuler les avantages de deux individus d’une espèce en les mariant. Les gènes que l’on recherche sont transmis aux plantes enfants de première génération.

À première vue, l’hybridation semble bien pratique puisqu’elle permet d’obtenir des plants plus vigoureux, plus productif, plus résistant et plus homogène. Mais ces avantages sont valables surtout dans les conditions de culture des semenciers. C’est très éloigné de ce que peut faire le jardinier !

Dans la réalité de nos jardins, ces variétés se comportent très différemment. J’aurais même tendance à dire qu’elles sont finalement plus fragiles et plus sensibles aux maladies que les variétés anciennes, bien mieux adaptées à leur terroir.

En plus, les graines hybrides sont plus chères et les plans sont plus exigeants en eau et en nutriments. Et cerise sur le gâteau, les graines ne peuvent pas être récoltées.

Pour être plus exact, vous pourrez les récolter et les ressemer, mais vous n’obtiendrez pas le même résultat. Le mariage de deux lignées de plantes donne une première génération F1. Les graines de cette génération contiennent toutes les informations des deux parents. Mais si vous semez les graines d’une variété F1, vous avez des plants de deuxième génération (F2). Tous les critères sélectionnés vont donc se mélanger et vous aurez des plants très différents de la première génération.

Bref, les variétés F1 ne sont pas le résultat d’une manipulation génétique et elles n’ont rien à voir avec les OGM. Si vous utilisez des graines F1, ce n’est donc pas un problème (sauf si vous voulez conserver les graines). Mais à mesure que vous progressez, je vous invite à cultiver des variétés fixées.

Les graines calibrées ou les graines enrobées ?

L’offre commerciale est assez limitée concernant le conditionnement des graines. Vous pouvez trouver facilement des graines calibrées, mais ce n’est pas le plus intéressant.
Il vaut mieux opter pour des graines enrobées qui vont rendre le semis plus facile (surtout si les graines sont très fines). Les graines pelliculées sont quant à elles recouvertes d’un traitement.

Vous pouvez aussi trouver des graines sous forme de ruban ou de tapis. C’est une solution très avantageuse pour semer rapidement et à la bonne distance (pour des rubans de carottes qui ne nécessitent pas d’éclaircie par exemple).

Un semencier à l’honneur

Vous cherchez un catalogue de graine potagère ? Voici un semencier qui propose des graines de qualité (et biologiques !).

La semence bio

Le site la semence bio est une filiale de l’entreprise Agrosemence qui travaille exclusivement avec les professionnels de l’agriculture bio. Quelques infos à connaitre :

  • Choix des variétés : 240 variétés (c’est encore peu, mais suffisant pour les petits jardiniers que nous sommes) disponibles sur leur catalogue.
  • Semence biologique : Adhérant Bio Cohérence et Demeter, un vrai gage de qualité.
  • Tomates anciennes : 32 variétés.
  • Frais de port : de 1,32 € à 5,97 € et offert dès 25 € de commande.
  • Information sur chaque variété : Sur l’aubergine à l’œuf, on retrouve par exemple le petit calendrier des périodes, le guide de culture détaillée ainsi qu’une petite rubrique cuisine.
  • Exemple d’une fiche produit : L’aubergine ronde à œuf, 2,90 € TTC pour 0,15 g soit 20 graines environ.
  • Recherche d’une variété particulière : le moteur de recherche est efficace, et le filtre mois par mois facilite les choix.
  • Navigation dans le site : la navigation est claire et fluide, le site est agréable.
  • Leur catalogue : Cliquez ici pour télécharger

Alors, qu’allez-vous planter cette année dans votre potager ?

Related Articles

Responses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. cet article diffusé aujourd’hui 12/02/2021 date de 2011. Est ce que les choses n’ont pas un peu changé depuis…? je pose la question !

    1. Bonjour Isabelle 🙂 est qu’est ce qui vous dit que cet article n’a pas été compétemment réécrit ? Selon vous qu’est ce qui a changé ?

  2. On voit de plus en plus des graines F1 BIO ces graines sont-elles reproductibles d’année en année ou non ? et alors faut-il uniquement des graines BIO pour pouvoir reconduire ces semences au fil des ans ?
    Merci d’apporter toute précision utile ce dont je vous remercie par avance. Bien cordialement

    1. Bonjour, soit vous n’avez pas lu l’article, soit je me suis mal expliqué ! 🙂 Pour reconduire une graine au fil des ans comme vous dites, il faut surtout qu’elle ne soit pas Hybride ou F1.

  3. Nouvelle adepte du potager au carré,je me pose quelques questions devant tant de choix graines.
    Suivant les marques, les tarifs des sachets de graines passent du simple au double (pour apparement la même variété). Y a t’il réélement une différence de qualité, de pourcentage de germination, ou finalement paye t’on uniquement la marque?

    Merci pour vos réponses

  4. Pour l’achat de graines je vous conseil le site http://www.kokopelli.asso.fr/
    Vous trouvez d’anciennes variétés, pas d’OGM. Je les ai découvert à un salon BIO et depuis j’achète la plupart de mes graines chez eux.

    1. Yes ! Je me suis aussi procuré leur ouvrage de 848 pages “semences de kokopelli”. J’avais un peu hésité à l’acheter car je croyais que c’était un simple catalogue de leur graines… je ne regrette pas car c’est aussi plus de 200 pages d’articles engagés qui permettent de mieux cerner tous les enjeux qui gravitent autour des semences et des cultures (et y’en a beaucoup).
      Sur wikipedia, on peut lire des critiques de kokopelli comme quoi le côté sauvegarde des semences c’est juste une façade commerciale, que concrètement ils font rien, etc… Je crois que ces 200 pages de ce livres répondent d’elles mêmes à ces critiques. En tous cas je suis maintenant convaincu de la sincérité de leur engagement. Autre chose : cette asso organise des stages de 2 jours pour apprendre a produire ses semences. Je pense que je vais en faire un cet été.

  5. Souvent les cultures bio sont contaminées par les cultures OGM.
    Par ailleurs c’est le bon moment pour faire ses boutures à partir de plantes bio.
    Une terre très humide, beaucoup de chaleur (créer un effet serre) et vous serez dans les meilleures dispositions.

  6. Bonjour,
    Personnellement je n’achète pas mes graines sur internet, et quand je vais en grande surface c’est vrai qu’il est difficile de faire son choix parmi tous les sachets proposés.
    Est-ce que l’on peut être sûre que les graines achetés dans le commerce (et même ailleurs) ne sont pas des OGM ??

    1. Malheureusement non on ne peut pas savoir, il se peut qu’il y est des ogm dans les rayons de graines car il n’y a pas d’oblogation de marquage (et je suis convaincu qu’il y en a depuis quelques temps.)
      De plus les grands hybrideurs ont obtenu le droit au secret professionnel pour ne pas être obligés de dire avec quel croissement ils ont obtenus tel ou tel hybride F1. Donc ils peuvent croisser en toute tranquilité une plante ogm avec une autre ogm et vendre un hybride F1 non ogm car les génes de celui ci n’ont pas été touché. En fait il contient bel et bien les génes modifié de ses parents.

      Terrible, non ? je dirais même térifiant.

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez votre calendrier du jardineur

Promis, on ne spam pas :)

Formez-vous en vous amusant pour récolter l’abondance dans votre potager

Inscrivez-vous à notre newsletter et commencer votre formation gratuite

Promis, on ne spam pas :)

Jardiner debout