Commencer un potager en permaculture : la méthode parfaite pour un sol fertile

Vous avez du mal à démarrer votre potager ? Vous ne savez pas comment rendre un sol fertile ? C’est normal, il ne suffit pas de sortir la bêche et d’arracher les mauvaises herbes pour avoir plein de légumes ! Mais rassurez-vous, il existe plusieurs solutions pour démarrer un potager « outoupousse », sans vous tuer à la tâche ni débourser un centime. Comme on dit en permaculture : les déchets des uns sont les ressources des autres. Voici une méthode facile et gratuite pour commencer votre potager en permaculture. À vous l’abondance et le sol aéré et souple !

Bien choisir sa méthode de couverture pour démarrer son potager

Quelle que soit la nature de votre sol (oui oui, même un sol plein de cailloux, d’argile ou de sable), vous pouvez cultiver un potager facilement et presque gratuitement. Le premier réflexe à avoir pour rendre un sol fertile, c’est de bien le couvrir. Le but ? Étouffer les mauvaises herbes, amender le sol et créer un lit de semence pour pouvoir semer directement. Pour cela, vous avez plusieurs solutions.

Les bâches plastiques

Commençons par la pire des solutions, la bonne vieille bâche noire en plastique. Alors bien évidemment, ça fonctionne, mais elle ne va remplir qu’une seule fonction : étouffer la végétation. Elle peut tout de même être utile dans le jardin, mais plutôt dans une optique de maraichage.

Les cartons d’emballage

Pour créer facilement les allées du potager, disposez des cartons d’emballage au sol et recouvrez les de broyat de bois.

Si vous cherchez à démarrer un potager sans travailler le sol, la méthode des cartons sera parfaite pour vous. Il suffit de poser des cartons marrons sur le sol pour pouvoir nettoyer la friche sans trop d’effort. Veillez simplement à ce qu’ils soient sans encre et bien épais pour que la lumière ne passe pas.

Mais comme les cartons sont recyclables à l’infini, ils pourraient quand même être beaucoup mieux utilisés. En plus, cette méthode ne vous permet pas de créer un sol léger qui sera prêt à accepter vos plantations. Le carton a beau être une matière appréciée par les vers de terre, une épaisseur de 5 mm de carton d’emballage ne suffit pas à amender le sol.

Les cartons avec option déchets verts

Si vous choisissez l’option des cartons, vous pouvez y ajouter des matières organiques. En utilisant les déchets verts que vous pouvez récupérer auprès de vos voisins, les bénéfices sont multiples : élimination des mauvaises herbes, amendement de la zone et dégradation des déchets.

Le seul inconvénient de cette méthode, c’est qu’il va falloir s’armer de patience ! Selon la nature des déchets, la décomposition sera plus ou moins longue. Mais le bon côté, c’est que cette combinaison de cartons et de déchets verts est 100 % gratuite.

Les round baller

Entre le foin ou la paille, préférez l’utilisation du foin. J’ai beaucoup utilisé cette méthode pour étouffer facilement les indésirables et amender le sol. Il y a malheureusement un point faible à cette méthode : l’approvisionnement. Eh oui, ce n’est pas toujours facile de trouver un agriculteur qui veut bien vous livrer un ou deux round baller. Mais si vous habitez en campagne et que vous avez des paysans autour de vous, ça vaut le coup de demander ! À titre indicatif, j’ai payé 10 € la balle de vieux foin (un foin resté à l’humidité et dont les animaux ne veulent plus). Pour le potager, c’est parfait.

Quelles sont les meilleures méthodes pour commencer un potager en permaculture ?

Si vous ne deviez retenir que deux méthodes, ce sont celles-ci : le compost et les déchets de scierie. Elles permettent non seulement d’étouffer les mauvaises herbes, mais aussi d’amender le sol et d’offrir un lit de semence acceptable pour planter directement dedans. Le tout sans travail supplémentaire !

Le compost

Pour créer facilement les allées du potager, disposez des cartons d’emballage au sol et recouvrez les de broyat de bois.

L’idéal, c’est de se fournir en compost auprès d’une plateforme de compostage ou d’une entreprise spécialisée. Vous en avez sûrement une près de chez vous. Alors certes, ce n’est pas gratuit ! Il faut compter environ 500 € les 20m3 de compost livré. Et avec 20 m3, vous pouvez recouvrir au moins 100 m2 avec 20 cm d’épaisseur (ou 200 m2 avec 10 cm). Comme l’épaisseur à étaler varie en fonction de la nature de votre terrain, à vous de voir ce qui est le plus approprié. Mais plus le terrain est défavorable, plus il faut en mettre !

Les déchets de scierie

Pour moi, c’est vraiment la meilleure méthode si vous souhaitez débuter un potager en permaculture. Gratuite, facile à mettre en place, bonne pour la fertilité de la terre… Il n’y a que des avantages ! Les scieries fournissent gratuitement la sciure et autre déchet qu’ils produisent en grande quantité et dont ils cherchent à se débarrasser.

Il vous suffit ensuite d’étaler tout ça sur 20 à 30 cm sur toute la surface que vous voulez transformer en potager. Et avec une telle épaisseur, pas besoin de mettre des cartons.

En plus, ces déchets peuvent aussi vous servir à stabiliser vos chemins. Que ce soit pour les pieds ou les pneus, c’est vraiment une bonne solution pour protéger le sol et améliorer l’adhérence. Si vous avez un tracteur, il ne patinera plus et la terre ne deviendra plus dure après le passage des engins.

Se poser les bonnes questions sur la nature des déchets

Que contiennent les déchets de scierie ?

C’est tout simple : des sciures des bancs de scie, des écorces qui tombent pendant la manipulation des billes, de l’aubier qui se dégrade… En bref, tout ce qui ne peut pas être valorisé (sauf dans le potager bien sûr) !

Que penser des résidus d’huile ?

Étant donné que l’huile est utilisée pour lubrifier la chaîne des tronçonneuses, c’est difficile d’éviter ces résidus. En y regardant de plus près, on voit bien que ces huiles ne sont pas dangereuses pour l’environnement. Mais il y a encore sûrement des bidons bien nuisibles vendus dans les rayons bricolage. Et comme on ne peut pas connaître la quantité d’huile présente dans ces déchets, je trouve ça dommage de s’arrêter sur cet argument.

La pollution est réelle, mais elle a plus de chance d’être correctement digérée par la vie du sol si celui-ci est bien vivant. Finalement, cette pollution due à l’huile sera mieux traitée chez moi que chez le scieur. La solution miracle n’existe pas, il faut toujours peser le pour et le contre !

Comment le sol va-t-il se comporter avec des déchets ?

Encore un thème épineux : la faim d’azote. Face à cet apport massif de matière organique riche en carbone, le niveau d’azote du sol sera-t-il suffisant ? En fait, tout dépend de la période à laquelle vous déposez ces déchets. Si vous le faites au printemps juste avant de planter vos salades, il y a des chances pour que ça coince !

La période idéale pour le faire, c’est en automne. Même si la vie du sol n’est pas à son activité maximum, elle va commencer à digérer toute cette matière petit à petit. Et d’ici le printemps, il y a des chances pour que la faim d’azote soit passée.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que même s’il y a une faim d’azote, ce n’est pas bien grave puisqu’elle ne va pas durer. Le niveau d’azote finira par augmenter à mesure que le carbone sera digéré. Non seulement vous stockez du carbone, mais vous faites aussi grimper en flèche le taux d’azote. En bref, toutes les conditions du potager « outoupousse » sont réunies !

Pour mieux comprendre ce mécanisme de faim d’azote, n’hésitez pas à regarder la vidéo de ver de terre production.

Vous l’avez compris, rien de tel que les déchets de scierie pour commencer votre potager en permaculture. Vous enrichissez votre terre et vous stockez de la fertilité sur votre terrain, le tout gratuitement. Si vous avez les moyens, rien ne vous empêche d’utiliser du compost, c’est encore mieux. Mais pour les petits budgets, les déchets de scierie conviennent aussi bien (vous aurez très certainement les mêmes résultats). Et maintenant, il ne vous reste plus qu’à vous régaler avec vos bons légumes !

Articles liés

Réponses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bonjour Loic,
    Les élagueurs de mon département viennent de déverser sur mon terrain – à ma demande ! – un camion entier de broyat de bois d’essences diverses et variées récoltées le long de routes de campagne.

    Il s’agit d’un broyat plus grossier sans doute que celui des scieries dont tu parles dans ton article.
    Pense-tu qu’il soit bénéfique de l’ incorporer (en petite quantité) dans les planches de culture de mon potager de 5 ans avant de procéder aux premiers semis de printemps?

    ou est-ce mieux d’attendre l’automne pour s’en servir uniquement comme paillage?

    Je l’utiliserai aussi bien sûr pour recouvrir les allées. Quelle épaisseur faut-il prévoir (avec ou sans carton)?
    Si la totalité du tas n’est pas utilisée cette saison , y a-t-il un risque de fermentation (et donc de dégradation…) ?

    Enfin, vois-tu d’autres bonnes utilisations de cette précieuse matière?
    Merci par avance

    1. Bonjour, non votre commentaire n’est pas supprimé ! c’est juste qu’il était en attente de validation. Vous avez beaucoup de chance de disposer a la demande de broyat de bois. Sans hésitation vous pouvez dèjà l’utiliser au potager en étalant 3 à 5 cm de ce broyat en surface.
      Pour les allées, idéalement c’est de mettre un carton et de recouvrir celui ci avec au moins 10cm de broyat.
      Si vous n’avez pas tout consommé, peu importe ! !Vous pouvez le laisser en tas et il va commencer a se composter.

      1. Bonjour Loic, un grand merci pour vos réponses!
        Donc, si je recouvre maintenant de broyat mes planches de culture, je vais pouvoir semer en écartant le bois? Pas de problèmes de faim d’azote non plus? (Je pense avoir “enrichi ” un minimum ma terre avec tontes de gazon, fumier ovins, compost de surface, paillages divers… )

  2. Bonjour Loic.
    Merci pour ta réponse. Je vais donc faire des allées de 80 cm.
    J’ai choisi le robinier comme essence. J’ai également acheté de la bande de soubassement pour prolonger encore l’espérance de vie. Et je me demandais comment faire pour protéger le bas de mon carré qui sera en contact avec le sol… Penses tu qu’il est utile de mettre du gravier au niveau du “point de contact des planches” ? Je veux dire juste au niveau des planches car je ne veux pas en mettre dans le fond du bac ou mes allées. Je pensais genre à 10 cm de large sur 3 cm de profondeur plus ou moins… je suis peut être un peu “toc toc” de la protection, mais cela représente un investissement assez important et j’aimerais qu’il dure quelques dizaines d’années… Si tu as d’autres techniques (pilotis en métal ?), je suis preneur…
    Merci

  3. Bonjour Loïc et félicitations pour ton blog, tes vidéos, et tes idées.
    On vient enfin d’acheter une maison avec un jardin et je suis en train de peaufiner mon projet de potager et j’aurais deux questions à te soumettre.
    Je pense faire 4 planches surélevées de 4,4m x 1,1m. J’ai la possibilité d’avoir des planches de 20cm ou 25cm. Donc je me pose la question de faire des bacs de 40cm ou de 50cm… Quel serait ta préférence entre ces deux options ?
    Et la deuxième question. J’ai beaucoup parcouru ton blog mais je n’ai pas trouvé cette réponse. Quelle est la distance minimum selon toi à laisser entre deux planches surélevées (en 40 ou 50cm de haut du coup). Je pensais opter pour 55cm (juste un peu plus que ma tondeuse) mais j’ai peur de ne pas pouvoir m’accroupir entre les deux planches 🙂 🙂 Donc voilà, est ce que tu penses que c’est suffisant ou non ? (je précise que je suis complet novice en jardinage).
    Voilà, merci encore pour ton aide !

    1. Bonjour Felix. Pour la hauteur, 40 ou 50cm ca change pas grand chose. Optez pour les planches les plus facilement disponible. Pour les allées entre les bacs, 50 cm c’est vraiment peu ! moi je préconise 80cm au minimum.
      En général je fais des allées de 1m en périphéries et 80 cm a l’intérieur.

  4. Bonjour Loïc,
    J’étais un des premiers abonnés à votre site pour les plans de vos carrés potagers, je vois que je n’y ai plus accès… j’avais cru comprendre qu’il s’agissait d’un accès illimité….

    Bien cordialement.
    Eric

    1. Bonjour Eric
      il est possible les les différents changements du site aient altérés quelques chose. Mais vous pouvez a nouveau le remettre dans votre panier pour le commander une nouvelle fois, il est toujours gratuit et il a bien changé ! 🙂

  5. CEST moi encore michel j’utilise le bois traités je veux mettre des bûches puis matière organique la hauteur ca va etres presque 1 mètres pour emballer le bois à l’intérieur c’est quoi votre conseil merci

  6. Je suis au Quebec canada je prépare un Bag 4 pied de large 36 pied de long assez grand la question je veux le mettre sur une surface en pavées unis donne moi votre expérience est ce que j’enlève tous le pavées ou seulement au milieux pour le drainage

Maîtrisez vos semis

Jardiner debout