Culture d’artichaut, une solution miracle pour construire la fertilité de votre potager

L’artichaut est une plante miraculeuse. Le mot est fort mais au regard des multiples qualités de la plante, c’est mérité. Avant de voir en particulièrement pourquoi je recouvre mon terrain d’artichauts, je vous propose de mieux faire sa connaissance avec la culture d’artichaut.

Carte d’identité de l’artichaut

Un magnifique pied d’artichaut planté dans une pente.
  • Nom scientifique : Cynara scolymus
  • Famille des Astéracées appelées aussi les composées. C’est la famille des pâquerettes et des pissenlits.
  • Légumes vivaces, qui pourra vous assurer de belles récoltes durant 3 ou 4 ans
  • Exposition : Ensoleillée, j’ai essayé à l’ombre des arbres mais ils ont tendance à végéter.
  • Sol : léger, riche en humus et surtout bien drainé permettant de le cultiver aussi dans des sols lourds et argileux comme chez moi. Les pentes permettent à l’eau de ne pas stagner.

Réussir ses semis d’artichaut

Pour commencer à cultiver les artichauts dans son jardin, le mieux est d’acheter quelques sachets de graines de différentes variétés. L’idée est de voir quelle sera la variété qui profitera le mieux des conditions offertes par votre jardin. Pour ma part, j’ai commencé avec des artichauts violets de Provence, des artichauts gros verts de Laon et des artichauts impérial star.

Quand semer ses artichauts.

Sur tous les sites et dans tous les livres, on va vous recommander les périodes de semis habituelles, période que vous pouvez retrouver sur les sachets de graines, c’est-à-dire semer de février à avril en godets en intérieur. Vous pouvez semer quand vous voulez en évitant quand même les canicules d’été. Attention ! Semer ne signifie pas planter. Ce que je veux dire c’est que vous pouvez semer quand vous voulez pour peu que vous gardiez les plants en pots en attendant le bon moment pour planter. Bref, pour vos premiers semis issus des sachets, contentez-vous de suivre les indications. On verra plus loin que l’on pourra procéder différemment quand on aura fait nos premières récoltes.

Mettez dans un godet assez profond, surtout si vous semez hors période et il faudra conserver l’artichaut dans son pot longtemps. Remplissez-le, d’un terreau de semis et plantez 4 à 5 graines par pot. Histoire d’en avoir au moins un beau par godet, mais le plus souvent les 4 ou 5 sont bons à repiquer. Veillez à ce que le terreau soit toujours humide mais pas détrempé, pensez à cette éponge dans votre évier bien essoré ! Une fois que vous avez 3 ou 4 feuilles, vos artichauts sont bons à être repiqués en pleine terre.

Savoir planter ses artichauts

Quand planter ses artichauts

Si pour les semis, la période est plutôt souple pour la plantation, je en vous recommande deux dont une est à privilégier, en automne sous un climat doux. Vous devez savoir que je suis en Aveyron avec des hivers relativement doux, même s’il peut parfois geler, le dégât occasionné à mes pieds d’artichauts reste superficiel. Surtout qu’ils ne sont même par protégés !

Qu’ils soient issus d’un semis ou d’un drageon. (Le drageon est une pousse secondaire comportant entre 4 et 6 feuilles qui partent de la souche et sortent de terre à la base de la plante), je plante mes artichauts de préférence de septembre à octobre, pour qu’ils profitent de la douceur et de l’humidité de l’automne. En procédant ainsi, je n’ai pas besoin de suivre l’arrosage de près. Durant tout l’hiver (assez doux chez moi), mes artichauts vont se développer pour être déjà assez imposants pour certains dès le printemps.

Vous pouvez aussi planter vos artichauts au printemps mais je trouve qu’ils n’ont pas assez de temps pour bien se développer avant de faire face à la canicule et la sécheresse. Avec un pied bien enraciné, mes artichauts passent l’été sans que je les arrose.

Comment planter ses artichauts

L’artichaut est plutôt résistant au repiquage c’est-à-dire qu’il est rare de louper un repiquage et de voir le plant mourir. Dans tout bon livre de jardinage, on va vous conseiller de préparer un trou avec un mélange de terre et de compost voire d’apporter du fumier décomposé car la plante est gourmande. Je suis d’accord dans le principe mais quand vous avez une trentaine de plants à repiquer, pas question d’être aussi soigneux. Pour ma part, c’est un petit coup de pelle pour fendre la terre, j’insère le plant et débrouille-toi. Je lui accorde quand même un peu d’eau si je vois qu’il flétrit. J’ai déjà vu des plants laisser sécher leurs feuilles extérieures pour mieux repartir du centre.

La culture d'artichaut en ligne le long d'un chemin

Quand vous repiquez un jeune plant sur votre terrain, éliminez la concurrence des plantes sauvages autour. Une fois bien installé, c’est lui qui va s’imposer sur la végétation spontanée. J’aime planter mes artichauts en bosquets c’est-à-dire avec 4 ou 5 individus espacés de 80cm de tous cotés. Sinon, je fais aussi quelques lignes toujours avec le même espacement. Si vous voulez aider vos artichauts à bien se développer, vous pouvez étaler un épais paillage tout autour du pieds et aussi vider votre seau de toilette sèche juste avant de recouvrir de paillage.

Protéger sa culture d’artichaut

Comme je vous l’ai dit, mon climat est plutôt doux, alors durant l’hiver, je n’ai pas besoin de protéger mes artichauts. Si vous êtes dans les régions où les hivers sont plus rudes et que vous les avez plantés en automne, il faut absolument les protéger du gel. Bien que l’artichaut puisse résister à de petites gelées, il faut protéger en priorité le cœur de la touffe si les températures descendent trop bas.

Vous pouvez utiliser de la paille ou des feuilles bien sèches. Soyez généreux sur l’épaisseur de la couverture, mais laissez quand même le bout des feuilles dépasser pour qu’elles continuent leur photosynthèse.

Durant cette phase de protection, pensez à inspecter régulièrement le cœur, car la paille ou les feuilles peuvent abriter quelques ravageurs qui pourraient manger le cœur de la plante. Il en va de même pour le développement des maladies dues à l’ambiance humide de la couverture de protection.

Récolter ses artichauts

Durant la première année, votre pied d’artichaut va vous offrir 5 ou 6 têtes mais il ne faudra pas toutes les récolter. La première année, je vous invite à laisser sur la plante les 2 plus belles têtes et les laisser fleurir. Non seulement, vous allez attirer une multitude de bourdons mais en plus, vous faites vos réserves de graines pour la saison prochaine. Vers le mois d’août-septembre quand les fleurs commenceront à sécher sur la plante et devenir des plumeaux un peu à l’image des pissenlits alors, vous pourrez couper les 2 têtes restantes et les stocker au sec.

Récolter les graines d’artichaut

Extraire les graines de la fleur séchée n’est pas si simple, il faut vraiment casser la fleur en morceaux au-dessus d’un plateau pour voir les graines tomber. Faites-vous une réserve de graines pour la saison suivante. Si la première année, vous avez récolté beaucoup de fleurs à faire sécher, vous pouvez expérimenter la pépinière extérieure à artichauts.

Comment multiplier rapidement et facilement vos artichauts

C’est un peu par hasard que j’ai expérimenté cette méthode. J’avais tellement de fleurs séchées que j’en ai jeté quelques-unes sur un tas de « compost ». Ayant jeté des têtes à la fin de l’été, les fleurs séchées au départ se sont vite réhumidifiées, et finalement, j’ai vu plein de graines germer directement sur la fleur. J’ai choisi de laisser faire la nature et finalement pleins de jeunes artichauts se sont développés juste à l’endroit ou j’ai jeté les fleurs séchées. Voilà ce que j’appelle ma pépinière à artichauts. Tout au long de l’automne et du printemps, je suis venu prélever quelques individus pour aller les repiquer un peu plus loin. Finalement, pas besoin de sortir les graines, pas besoin de pot et de terreau de semis et pour couronner le tout, les jeunes artichauts sont plus beaux que ceux que j’ai pu semer en pots.

L’artichaut, un pilier de la fertilité de votre potager

J’ai gardé le meilleur pour la fin ! L’été dernier, j’ai dû condamner un magnifique pied d’artichaut, le tronc faisait plus de 10cm de diamètre, quasiment un arbre. Contraint et forcé, j’ai finement passé le pied entier tronc et feuilles au broyeur à végétaux, le broyeur électrique que j’ai depuis plus de 10 ans maintenant. J’avais peur que celui-ci ne soit pas assez puissant pour broyer le tronc. Mais finalement le tronc de l’artichaut est impressionnant de l’extérieur car à l’intérieur, c’est une sorte de mousse légère. Ce qui m’a impressionné, c’est le volume de broyat que j’ai récolté ! Oui je parle de récolte car c’est du précieux ce qu’il y a dans le sac. Un mélange plutôt équilibré de sec et de mouillé, de dur et de tendre et surement de carbone et d’azote. Imaginez ce broyat comme paillage pour vos légumes. Oui, je trouve que le broyat d’artichaut est vraiment idéal pour pailler et construire la fertilité de votre potager. C’est pour cette raison que j’ai décidé de cultiver en grand nombre les artichauts.

Ce n’est pas toujours simple de se fournir en paillage et en broyat de bois. Quand j’étais en Normandie, je trouvais le broyat de bois en quantité pour environ 20€ le m3. Ici en Aveyron, c’est plus difficile. Bien que je ne manque pas de bois, mon broyeur à végétaux est très limité dans le diamètre des branches, alors je trouve que produire de la biomasse avec l’artichaut est à la portée de tous les particuliers équipés d’un petit broyeur électrique.

Related Articles

Responses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Ah voilà une bonne idée que je vais reprendre, le broyat d’artichauts. J’en consomme déjà beaucoup, alors dès que les pieds seront fatigués, ils auront une nouvelle vie au jardin. Et comme je fais mes graines, pas de problème.
    C’est vraiment intéressant ces conseils, différents de ce qu’on trouve dans les guides des grandes marques. Le terrain, il n’y a rien de tel.

  2. Super, merci pour ces explications bien complètes qui me redonnent espoir. Je vais en planter autour des futures jardinières et espère que couverts et pampérisés ils passeront les hivers, car jusqu’à présent leur culture au jardin n’a pas été brillante. Est-ce que j’ose mettre en pleine terre les plantons habitués depuis une petite semaine à l’extérieur sous couvert, sachant que les températures nocturnes tournent autour de 4 degrés, qu’il pleut beaucoup et encore la semaine à venir ?

  3. Bonjour,
    Merci pour toutes ces informations sur les artichauts ! Je suis en train de tester dans mon jardin (drageons fournis par un ami et semis), j’espère qu’ils vont prendre…
    Pour le broya/BRF, le buddleia est une plante idéale ! Un peu envahissante certes, mais ça demande peu d’entretien, ça pousse vite, ça attire de nombreux pollinisateurs (comme les papillons), ça produit un bois dur (mais pas dense comme les arbres nobles) et comme les branches sont cassantes, ça passe facilement au broyeur (je passe des troncs de 3-4cm sans problème dans mon broyeur à rotor électrique). Avec une dizaine de pieds dans mon jardin, ça me fait une énorme quantité de broya chaque année.

    1. Pour le broyat, cet arbuste est en effet intéressant. Pourtant, l’arbre aux papillons peut contribuer très directement à l’extinction des papillons qu’il nourrit. En effet, les fleurs sont pauvres en nectar, mais pire encore, les chenilles peuvent s’intoxiquer en mangeant les feuilles. Pour la biodiversité pas top, mais pour le salut des plantes voisines…d’autant plus que le buddleia est très rustique, il est de plus très résistant aux fortes chaleurs ainsi qu’aux sécheresses prolongées. Un avantage pour le broyat… on est sur(e)s de la ressource (et sans scrupules) 😉

  4. Je ne savais que l’on pouvait multiplier les artichauts dans son potager. Je vais tenter l’expérience dans mon jardin d’ici ce week-end.
    Je suis curieux de voir le résultat.
    Merci pour votre partage,
    Jean-Lou

  5. bonjour loic
    j’ai semé des graines en godet de violet de Provence. les graines ont germé, mais semblent végéter au stade cotiledon … plus rien ne se passe depuis pas mal de temps. les godets sont installés dans une pièce assez chauffée (20 deg environ) … est ce normal selon vous ?

  6. Bonjour Loïc,
    J’avais testé un pied il y a quelques années et j’avais été surpris de la facilité ! Pas d’entretien et de multiples drageons sans rien demander, vraiment c’est top ! En plus on adore ça dans la famille donc merci pour ces informations qui m’ont motivé pour en refaire cette année !

Formez-vous en vous amusant pour récolter l’abondance dans votre potager

Inscrivez-vous à notre newsletter et commencer votre formation gratuite

Promis, on ne spam pas :)

Jardiner debout