Chaque jardin est unique de par le nombre de facteur qui peuvent influencer son microclimat. Avec un peu d’observation, on peut distinguer des zones soumise à des conditions différentes, et pas besoin d’avoir un grand potager pour en faire l’expérience.

J’ai dans mes 200m2 de jardins pu identifier plusieurs zones avec des microclimats différents.

 

microclimat potager

Les éléments qui définissent un microclimat.

Le soleil et luminosité.

C’est bien sur le premier facteur auquel on pense, il est très facile de repérer les zones de soleil et d’ombres. Bien évidement pour notre potager on va rechercher la zone la plus ensoleillée. Seulement les zones d’ombre ne sont pas à délaisser, bon nombre de plantes réclame cette ombre pour bien se développer. On peut distinguer deux types de zone d’ombre, les zones humides par exemple au pied d’un mur exposé au nord, et les zones sèches comme à l’aplomb d’un toit.

Quelques plantes à installer à l’ombre.

  • Les menthes contrairement à ce que l’on peut imaginer se plaisent bien à l’ombre et développe mieux leur parfum
  • Les épinards géants d’hiver se cultivent à l’ombre
  • La salade de saint Vincent

La température.

Si vous avez l’occasion, acheter quelques thermomètres et placez les a différents endroits de votre potager. Vous allez être surpris de constater les écarts important d’une zone à l’autre. Les gelés blanches vous aiderons à visualiser ces zones. Vous constaterez que toutes la surface de votre potager n’est pas forcement gelée. En repairant les zones plus chaudes, on pourra plus facilement acclimater une plantes sensible. Les zones fraiches seront appréciables en été, pour préparer des semis.

Le vent.

C’est un facteur qui va aussi grandement influencer le climat du potager. Il a refroidi et assèche les zones qu’il traverse. Plus généralement on cherche au potager à se protéger de son effet. Pour lutter contre le vent, l’idéal est de planter une haie. Elle filtre et ralentie le vent contrairement a un mur qui va créer des perturbations un peu plus loin. De plus les haies favorisent la biodiversité. Je vous recommande des haies variées constitué d’espèces locales. Y en a marre des thuyas !

L’humidité.

Immanquablement dans votre potager il y a des zones plus sèches que d’autre. La constitution et la morphologie du sol feront varier ce facteur. C’est tous à notre avantage de savoir repérer ces zones. Bon nombres d’aromatique n’aiment pas avoir les pieds dans l’eau. Au contraire certaine pomme de terre apprécie des sols humides.

Comment modifier les microclimats.

Apres l’observation, on peut envisager de passer à l’action et d’essayer de modifier quelques paramètres climatiques de notre potager.

Tous les éléments d’influence

Luminosité

Température

Vent

Humidité

Un mur

La face nord sera à l’ombre La chaleur s’accumule au sud, elle est restituée la nuit

Protège du vent à proximité mais attention aux perturbations

La face exposé à la pluie sera plus humide

Une haie

Idem mur Apporte de la fraicheur Ralenti le vent, c’est la meilleure solution Retient l’humidité

Un arbre

De l’ombre au pied Idem haie Concurrence pour l’eau entre l’arbre et les plantes à proximité

Un bassin

Réfléchie la lumière du soleil par réverbération Apporte de la fraicheur Augmente de taux d’humidité

La pelouse

Rafraichi la zone en été comme hiver

Des grosses pierres

Accumule la chaleur et la restitue à proximité

Le châssis

Exposé au sud Possibilité de contrôler la température sur une plus grande amplitude Protégé du vent On peut aussi contrôler l’humidité

Nos actions sur le microclimat

Pour agir sur le soleil, rien de plus facile que de faire des zones d’ombres. La cabane du jardin peut être placée dans ce sens. Les haies aussi pourront filtrer les rayons du soleil.

Modifier la température dans une zone du jardin peut s’envisager par la construction d’un mur. Les murs en torchis qui clôturaient souvent les jardins de châteaux sont de formidables radiateurs qui emmagasinent la chaleur la journée et la restitue le soir. Si l’on n’est pas prêt à se lancer dans ce genre de construction, on peut aussi utiliser quelques grosses pierres comme nous l’enseigne Sepp Holzer.

La présence d’un bassin d’eau jouera aussi le rôle de régulateur de température, et augmentera le taux d’humidité aux alentour. Les bassins et point d’eau sont des éléments important au potager

 

L’eau la base de toute vie.

 

Agir sur le vent, dans un but de s’en protéger se fait par le biais des haies. Il convient de bien observer son terrain avant de planter sa haie. Sachez que la haie protège le potager sur une distance de 10 fois sa hauteur. Donc une haie de 1 mètre vous protège sur 10 mètres

Pour jouer sur l’humidité d’une zone, vous avez bon nombre de moyen, mais avant d’agir je pense qu’il est préférable de comprendre pourquoi notre terrain est soumis à ces variations d’humidité.

  • Planter des bambous ou un saule pour pomper l’eau
  • Faites des planche de culture ou des carre de potager surélever
  • Drainer l’eau par des canaux ou compactage du sol
  • Pailler le sol pour en retenir l’humidité
  • Bien évidement on peut aussi irriguer

L’observation du potager est a la base de toutes actions pour modifier les microclimats de votre potager. Prenez le temps, les jardiniers sont patients !

 

Connaissez-vous d’autres méthodes pour modifier les microclimats ?

 

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2019 Mon potager en carrés | Tous droits réservés | Site conçu par www.pixelize.fr

Posez-moi vos questions

J’essaie de répondre au maximum aux mails que vous m’envoyez, mais j’en reçois beaucoup chaque jour. Alors soyez patient !

En cours d’envoi
Votre menu personnalisé
ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?