Encore aujourd’hui, on trouve le potager implanté derrière la maison, un peu à l’abri des regards. On a pratiqué de la même façon avec les cuisines. Il y a quelques années, la cuisine était une pièce réservée à la préparation des repas et à la cuisinière. Aujourd’hui, c’est la pièce principale de la maison. Je pense que le phénomène se répètera aussi pour le potager. Bientôt le potager sera la zone maitresse du jardin. Personnellement, j’ai envie de concevoir mon potager de telle sorte qu’il puisse aussi bien assurer ma production de légumes, que d’accueillir mes amis pour passer un moment agréable. J’aimerai que mon potager soit esthétique et productif.

Je veux aussi que mon potager soit un peu la continuité extérieure de ma cuisine. Pour ça, je vais faire en sorte de le placer au plus près de ma maison. Malheureusement, les habitations ne sont pas pensées avec cette préoccupation, et si je devais faire construire je placerai ma cuisine au sud.

Bien sûr, il faut du soleil pour que notre futur potager se développe. C’est comme la proximité, un critère qu’il sera impossible de faire évoluer par la suite. Alors retenez ces 2 conseils pour placer votre potager

  • A la portée du regard et proche de la cuisine
  • Bénéficiant du meilleur ensoleillement.

Connaitre l’environnement du potager.

Dans votre projet d’installer un potager, vous devez dès à présent être plus attentif à l’environnement. Observez comment votre terrain se comporte par temps de pluie, quand il vente ou qu’il gèle. Essayer de lui faire révéler ses particularités. Peut-être allez-vous pouvoir bénéficier d’une haie ou d’un mur bien placé.

Essayer de tirer parti au mieux de l’existant. Même si vous choisissez de transformer un petite partie de votre terrain en potager, à l’intérieur de cette zone, on pourra constater des particularités comme :

  • Des zones d’ombres
  • Des flaques d’eau après une forte pluie
  • Des zones ou des orties poussent
  • Des zones ou les gelés persistent.

Bref, vous allez constater qu’il y a des micros climats au sein de votre potager. C’est votre observation qui vous permettra d’ajuster l’organisation du potager.

Observer la terre.

Bien que la qualité de la terre de potager soit un facteur qu’il est possible de faire évoluer, si vous avait la possibilité de vous installer sur un terrain fertile c’est forcément mieux. Ne pas avoir cette chance, n’est pas non plus insurmontable, peut-être que les 2 premières années de cultures seront plus difficile mais avec le temps vous parviendrez à créer un support riche et fertile pour vos légumes.

Pour connaitre quelques caractéristiques de votre terre, son observation vous donnera l’essentiel. Votre terre est-elle plutôt argileuse ? Pouvez-vous la malaxer un peu comme la pâte a modelé ? Quelle est sa couleur ? Est-elle plutôt humide ?y a-t-il beaucoup de cailloux ? Ne soyez pas inquiet si la terre vous semble stérile. Dans la méthode du potager en carré on va recréer un sol pour accueillir vos légumes.

Quelles sont les plantes déjà présente sur la terre ? L’observation des plantes spontanée peut aussi vous donner quelques indications sur la nature du sol. Les plantes bio indicatrices sont à connaitre.

Voici quelques exemples

  • La prêle révèle un sol humide et mal drainé
  • Le souci, un sol calcaire
  • La carotte sauvage un sol calcaire et sec
  • Le pourpier un sol sableux compacté

Proximité des installations domestiques

Votre potager a besoin d’eau et peut être d’électricité pour une pompe. Alors prévoyez dès sa conception une arrivé d’eau et d’électricité. Si dès la conception tous les éléments nécessaires à la vie du potager sont prévus, alors votre travail futur se réduira aux aspects les plus plaisants comme semer, planter et récolter.

Laissez-moi un commentaire

Votre email ne sera pas publié ! promis !